Apprentis 3ème année forestier-bûcheron

La troisième année d’apprentissage est organisée de façon à permettre à l’apprenti de gagner en maturité et en autonomie personnelle. Un jour de cours théorique, trois cours interentreprises, quatre jours de travail en entreprise et deux périodes d’examen composent cette dernière année de formation initiale.

Support de cours sur le site de CODOC.

Bûcheronnage C2

Bûcheronnage semi-mécanisé

Ce cours d’une semaine se déroule en fin de 5ème semestre et est centré sur les méthodes de récolte des petits bois et des gros bois. L’apprenti forestier-bûcheron a l’occasion de travailler dans une chaîne logique de travail qui comprend toutes les étapes, du bûcheronnage, du débardage et du mesurage des bois.

Débusqueur, Câble-grue sur le site de CODOC.

Bûcheronnage C2 (option dès 2016 – 2017)

Bûcheronnage pour le câblage

Ce cours d’une semaine à option sera axé en particulier sur les activités de bûcheronnage pour le câblage. Il sera proposé aux apprentis forestiers-bûcherons actifs en montagne dans un premier temps puis selon les décisions de l’ORTRA régionale à tous les apprentis vaudois.

Débusqueur, Câble-grue sur le site de CODOC.

Génie forestier E

Ce cours d’une semaine qui se déroule tout au début du cinquième semestre traite des aspects de construction d’infrastructures en forêt. L’apprenti forestier-bûcheron apprend à construire un caisson de soutènement en bois, un trépied en bois contre la reptation de la neige, une passerelle qui traverse un cours d’eau, il participe aux travaux de réfection de portion de chemins, de rigoles pour le drainage de l’eau et autres sentiers pédestres.

Génie forestier sur le site de CODOC.

Cours de montagne (spécifique cantons alpins)

Ce cours d’une semaine traite spécifiquement des travaux spécifiques aux forêts de montagne. L’apprenti est confronté chaque jour, sous la direction d’un moniteur professionnel, à un autre défi qui peut être celui de créer ou entretenir des collectifs d’arbres afin de protéger contre les avalanches, celui de construire un soutènement d’un chemin de montagne ou encore de placer des trépieds en bois contre la reptation de la neige.